Ados d’Mots s’expose

24 Juin

C’est fini ? Déjà ?

Nous nous retrouvons autour d’un verre et d’une madeleine, le temps de regarder les photos et les recueils produit cette année.

24j

24j2

Les auteurs : Erwan Bargain, Alexandre Messager, Jessie Magan, Thierry Cazals

Les auteurs : Erwan Bargain, Alexandre Messager, Jessie Magana, Thierry Cazals

Sourires, émotion, poésie ont une nouvelle fois été au rendez-vous.

Bravo aux participants, aux auteurs, aux équipes des médiathèques, aux partenaires, et rendez-vous l’année prochaine pour une nouvelle session d’Ados d’mots !!!

 

Retrouvailles !

24 Juin

11ème restitution Ados d’Mots

Le projet Ados d’mots s’achève à nouveau cette année sur la restitution théâtralisée des textes écrits lors des ateliers.

C’est le grand final, la mise en voix, la mise en espace !

Il fait très chaud en ce mercredi 8 juin. Tous n’ont pas pu venir mais ceux qui sont là embarquent….

Un petit mot officiel de Mme Maréchal, conseillère départementale déléguée à la culture, et de Mme Fitamant, directrice de la bibliothèque départementale : « n’oubliez pas de rallumer vos portables à la fin ».

Stéphane nous plonge dans le noir, Samuel nous chatouille les oreilles….nous découvrons le décor et en avant la musique.

Les textes portés par Soizic et Filip prennent corps, les mots sont les mêmes et pourtant …… nous les redécouvrons : « le mystère de l’ile perdue », « des vagues sur la terre », « la petite Marie », chantons le Mali, les Comores,  « et après ? »

Un très beau moment de partage !

Le mot de la fin

7 Juin

A Lesneven
Par Thierry Cazals

Voilà.

L’atelier d’écriture avec les élèves de l’I.R.E.O. de Lesneven est maintenant terminé.

Terminé ne veut pas dire « achevé » (car rien n’est jamais fini en matière de poésie), mais parvenu à sa pleine éclosion.

Pas de doute : malgré les hauts et les bas (l’inspiration poétique n’a pas la régularité d’une moissonneuse-batteuse), les moments de creux (qui ont leur importance aussi dans le travail de création), la pêche aux haïkus a été plus qu’abondante, pour ne pas dire miraculeuse ! 

Plus de 160 petits poèmes de trois vers, recueillis dans un livret aux grandes ailes blanches, intitulé « DES VAGUES SUR LA TERRE ».

Alors que je suis de retour sur Paris depuis maintenant plusieurs semaines, quand je repense à mon séjour dans le Finistère, je revois tout un kaléidoscope d’images, de visages, de paysages…

Quelques instantanés dans le désordre :

  • Les tables du centre de documentation de l’I.R.E.O. où j’invite les élèves (une moitié d’entre eux se destine au métier d’agriculteur) à écrire sur le légume de leur choix (citrouille, betterave, patate, carotte, chou, artichaut, rutabaga…), en collant au plus près de leur expérience concrète et de leur ressenti profond (seule façon d’échapper aux images platement descriptives). Sans oublier une pincée d’humour : 

Rentrant de boîte de nuit
je déterre
les patates du voisin

  • La plage de Brignogan, un matin de mars, sous un pur ciel bleu. Une grosse moto orange, garée face à la mer, fixe silencieusement une aigrette blanche qui fouille de son bec affûté le calme clapotis de l’eau à marée basse.

Le zigzag du cou
de l’aigrette blanche
attend sa proie

  • Le palmier de la médiathèque de Lesneven, sorte de vieux sage échevelé, se balançant calmement derrière la vitre, saluant les adolescents qui tentent de transcrire sa présence muette en mots.

Le palmier
monte vers le ciel
comme moi

  • La plage sauvage de Meneham, fouettée par le vent vif du large. La ronde des hirondelles de mer qui viennent nourrir leurs petits nichant dans les dunes, tandis que nos jeunes poètes escaladent les rochers géants pour trouver un abri où contempler l’horizon et écrire.

Allongé sur un rocher
je prends les couleurs
de la mer

  • Avant de partir, rendre visite aux barques en cale sèche du village de pêcheurs. Comme de vieilles personnes à la retraite. Gorgées d’un océan de mémoires.
  • Toujours à la médiathèque de Lesneven, certains élèves plient leur feuille pour en faire des bateaux et des avions en papier. Des véhicules poétiques, porteurs de mots. Comme ce planeur atterrissant soudain sur moi avec, au creux de ses ailes, ce haïku :

L’avion en papier
transperce les airs
vers l’écrivain

À ce moment, je me pose cette question : qui est « l’écrivain » ?
Est-ce uniquement moi qui a eu la chance de publier déjà une quinzaine de livres ?
N’est-ce pas aussi tous ces adolescents qui ont accepté de jouer le jeu. Le jeu vivifiant des masques qui tombent et des émotions qui se révèlent.

Souvent, cet atelier aura été l’occasion de vrais petits débats philosophiques. Sommes-nous seulement ce que nous croyons être ? Qu’est-ce qui s’achète et qu’est-ce qui ne s’achète pas ? Peut-on évoquer l’amour sans lourdeur ni vulgarité ? C’est quoi la vie ? Comment parler du monde banal, sans faire preuve soi-même de banalité ?

Au final, la poésie n’apporte pas de réponse figée, de manuel prêt à l’emploi.
Elle développe plutôt une souplesse d’esprit et de cœur, une ouverture, une disponibilité.
Des qualités qui font cruellement défaut à notre époque en crise.
Peut-être est-ce là le rôle essentiel de la poésie ?
Non pas ajouter un savoir supplémentaire à l’empilement des autres savoirs. Mais nous inviter à être pleinement nous-mêmes, sans avoir peur du regard des autres. Nous inciter à nous redresser, déployer nos ailes. À savourer les rafales de beauté et de liberté qui soufflent partout, même là où on ne les voit pas…

Alors, maintenant, à qui le tour de jouer ?

Thierry Cazals (14 mai 2016)

 

Le mot de la bibliothécaire

7 Juin

A Lesneven
Par Estelle, bibliothécaire

Les ateliers ados d’mots à Lesneven ont avant tout été une histoire de rencontres pour moi.

Rencontre avec ce beau projet, (une première) prometteur pour l’avenir et tellement en lien avec nos préoccupations de terrain: faire (re)venir les jeunes dans nos murs.

Rencontre avec un auteur d’abord puis avec Thierry, véritablement habité par ses passions: les mots, les haïkus et surtout l’humain qu’il n’a de cesse de placer et de replacer au cœur de nos ateliers.

Rencontre avec une coordinatrice de projet puis avec Kristell véritable ciment dans cette belle aventure.

Rencontre avec un professeur de français puis avec Pierre et la documentaliste Marielle, si engagés et bienveillants dans leur travail au plus près des élèves.

Rencontre avec les ados enfin….certaines réservées d’autres parfois grinçants mais toujours partants et jouant le jeu de l’écriture dans un respect sincère.

Beaux moments de rencontre et de partage autour des mots, des livres et des haïkus, précieux grains semés, éphémères peut être  pour certains, rencontre magique pour d’autres je l’espère….

Estelle

Un autre matin à la mer

28 Mai

Au village de pêcheurs à Meneham
Avec Thierry Cazals

meneham

Le phare au loin
surveille les rochers
pour pas qu’on les vole
(Soleil couchant dans le volcan)

Allongé sur un rocher
je prends les couleurs
de la mer
(Vache brillante au soleil)

Blottie entre deux rochers
la maison écoute
les oiseaux siffler
(Cheval dans le vent)

Sur les rochers
face à la mer agitée
je fixe le fond de l’horizon
(Champignon des lumières)

mene

Tout en haut du rocher
j’entends les vagues
taper dans la dune
(Dinosaure des mers)

Le rocher
regarde la mer et s’imagine
se baigner
(Cavalier sans tête)

Sur le rocher
l’herbe courte
se dandine dans le vent
(Moto hurlante)

Le vent souffle
sur le tas de goémon
je piétine les pâquerettes
(Tracteur deux temps)

J’escalade
cet immense caillou
en haut : la liberté
(Volcan de glace)

haiku

Un grand merci aux jeunes de l’Iréo pour cette moisson de haïkus, pour les moments de pur bonheur partagés à Lesneven, Brignogan, Meneham…

« Je garde un peu de sable clair et de vent du large au creux de mon cœur… » Thierry Cazals

Fruits, légumes, céréales et haïkus

27 Mai

A Lesneven
Avec Thierry Cazals

L’arracheuse à betteraves
a la voix grave
comme mon père
(Dinosaure des mers et Vache brillante au soleil)

Le cerisier
dans le verger
écoute les pommiers
(Champignon des lumières)

Tôt le matin
les chevaux dans leur box
attendent leurs betteraves
(Cheval dans le vent)

Le jardinier et son arbre

26 Mai

A Lesneven
Avec Therry Cazals

En écho à une photo de Chiba représentant un maître jardinier japonais

chiba

Image en noir et blanc
comme si on avait
éteint la lumière
(Vache brillante au soleil)

L’arbre et le jardinier
se soutiennent
dans le vide
(Tracteur deux temps)

L’arbre dénudé
l’ombre s’éteint
le jardinier s’endort
(Moto hurlante)

Le jardinier
seul contre son pin
dans la nuit noire
(Champignon des lumières)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 44 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :